Woodstock : « Trois jours de paix et de musique »

L’histoire Woodstock commence il y a 50 ans ! Ils étaient quatre jeunes hommes avec un  seul but… empocher le maximum d’argent en un temps record. Michael Long et Artie Kornfeld, tous les deux producteurs de musique et hippies sont à la recherche d’associés afin de se lancer dans une folle aventure : créer un festival qui leur permettrait de récolter assez de fonds pour acquérir un studio d’enregistrement. Les deux hommes tombent sur une petite annonce publiée dans le Wall Street Journal par John Roberts et Joel Rosenman alors âgés de 24 ans : « Deux jeunes hommes au capital illimité recherchent des opportunités d’investissement et autres propositions d’affaires ». Ils sont désormais quatre jeunes businessmen à se lancer dans cette aventure.

Une fois les organisateurs trouvés, il faut rechercher un endroit qui permet d’accueillir environ 50 000 spectateurs pendant trois jours, du 15 au 17 août 1969. Quoi de mieux que la ville de Woodstock dans l’état de New York, connue pour sa communauté artistique, de  peintres et de chanteurs ! Même si les organisateurs ont déjà commencé à vendre les billets, la population locale n’est pas très emballée à l’idée d’accueillir un tel nombre de jeunes hippies. A quelques semaines  du festival, les organisateurs sont forcés de trouver une solution de repli et c’est à 56km au sud de la ville de Woodstock que les quatre jeunes hommes posent bagages, dans le bourg de Bethel. Sur place, un fermier leur loue une pâture de 243 hectares, qui deviendra la plaine de WOODSTOCK !

Beaucoup de grands artistes des années 60’ ont répondu présents comme Jimi Hendrix, the Who, Janis Joplin, Joe Cocker … Ils seront au total 32 groupes à se produire sur la mythique scène de Woodstock. Mais tout cela a un coût ! Engager les artistes à prix convenable, monter une scène, prévoir des points de ventes, une billetterie, des sanitaires, des postes médicaux, des loges pour les artistes, etc… le coût ne cesse d’augmenter et ce festival s’annonce très vite comme  un gouffre financier pour ses organisateurs… Avant même le premier concert, les pertes avoisinent déjà un montant de 10 millions de dollars !

Le 15 août 1969, premier jour de festival, c’est déjà la pagaille… ce ne sont pas les 50 000 festivaliers hippies que les organisateurs avaient prévus mais bien un demi-million de spectateurs venus de toute l’Amérique qui s’acheminent vers la plaine. Les quatre jeunes hommes n’avaient anticipé ni la vague de spectateurs qui déferlerait, ni les embouteillages qui provoquent le retard des artistes, ni la pluie et la gadoue ! Dépassés par le nombre, les organisateurs décident de rendre l’accès à la plaine gratuit vu le nombre de festivaliers… La situation est devenue ingérable. Les concerts commencent avec beaucoup de retard…

Les deux autres jours de festival se passent sans trop d’encombre mais du fait de tous les retards d’artistes, les organisateurs sont contraints de continuer le festival jusqu’au matin du 18 août. Jimi Hendrix est le dernier artiste à passer sur scène … le guitariste livrera en solo une version déchirante de l’hymne américain pour protester contre la guerre du Vietnam qui fait rage en cette année 1969 et fait mourir des milliers de jeunes soldats américains! Il ne faut pas oublier que Woodstock est avant tout un endroit important de contestation, symbole de l’anticapitalisme et de la contre-culture américaine. Ce n’est pas un simple festival de jeunes hippies qui consomment drogues et alcool… c’est aussi un véritable mouvement social et culturel dont on mesure encore les effets aujourd’hui !

Après ces quatre jours intenses, la foule a laissé place à une mer de boue et de déchets. On dénombre trois morts, des dizaines de blessés, mais vu le nombre de festivaliers (500 000 !), le bilan aurait pu être bien plus lourd. L’heure des comptes arrive pour nos jeunes businessmen. En plus des dettes déjà accumulées, les organisateurs doivent payer des frais au fermier car sa pâture est devenue un véritable bourbier… Heureusement la solution à toutes ces dettes est là : quelques caméramans dont Michael Wadleigh et Martin Scorcese, un jeune étudiant qui vient de finir ses études de cinéaste ont filmé tout le festival. Ces deux pros du cinéma et leurs équipes vont créer le célèbre film documentaire « Woodstock », récompensé par un Oscar et qui se vendra à des milliers d’exemplaires !

Malgré des conditions météo désastreuses, une organisation chaotique, des problèmes techniques et  d’approvisionnement de nourriture et d’eau, Woodstock restera pour toujours gravé dans les mémoires comme un moment emblématique du rock et de la culture hippie des années 60/70 !

Toujours dans la nostalgie des années 60, Woodstock II aura lieu en 1994  et Woodstock III en 1999!  Aucune de ces deux éditions n’aura cependant la portée des 4 jours mythiques du festival de 1969 !

 

Cet article a 3 commentaires

  1. Moi qui veut y aller un jour 😅

Laisser un commentaire

Fermer le menu