Pourquoi la 5G doit faire débat ? – Carte blanche

Une chose est sûre : la 5G ne fait pas l’unanimité. Alors que cette nouvelle technologie vient d’être déployée dans certaines zones de Belgique, les pro- ou anti-5G se prennent le bec dans un emballement assez inaudible. A mon niveau, je n’ai pas la prétention de dire ce qui est vrai ou faux. Ce que je veux faire, c’est montrer que la 5G génère un vrai débat de société qui est malheureusement mis de côté, premièrement parce que la crise sanitaire occupe le terrain, mais aussi parce que les enjeux économiques sont d’envergure. Le citoyen n’a pas eu son mot à dire.

Avant d’entrer dans les détails, rappelons ce qu’est la 5G. Il s’agit de la nouvelle technologie de téléphonie mobile qui permettra notamment de connecter ensemble plus d’appareils et d’augmenter le débit de votre connexion. Peut-être votre smartphone pourra-t-il vous notifier des aliments manquants dans votre frigo ou votre voiture intelligente sera-t-elle connectée à celle des autres usagers. Même si l’on n’a pas encore trouvé à quoi tout cela pourra bien servir, ça ne saurait tarder. Faute d’être convaincus de son utilité, cette nouvelle technologie est avant tout mise en route pour que nous soyons compétitifs vis-à-vis du reste du monde. En effet, la majorité des pays industrialisés ont pris le tournant de la 5G et la Belgique ne voit donc pas pourquoi elle devrait être la seule à ne pas le faire.

De nombreuses zones d’ombre 

Que sait-on précisément de la 5G ? Et des potentiels dangers qui vont avec ? Car des risques existent selon ses détracteurs, qu’ils soient sanitaires, écologiques ou touchant à la protection de la vie privée. On le sait, les citoyens remettant en question la 5G redoutent principalement les effets que les ondes électromagnétiques pourraient avoir sur la santé. D’autant plus que la multiplication de celles-ci va obligatoirement de pair avec le déploiement du nouveau réseau. Cependant, les effets de ces ondes sur la santé n’ont jamais été démontrés scientifiquement. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de danger mais qu’à ce jour, aucune étude n’a encore été publiée. Certains scientifiques affirment que des effets néfastes existent (migraines, vertiges, ”surchauffe” du corps, désorientation…) quand d’autres maintiennent qu’il n’y en a pas. Certains se posent également des questions sur des anomalies observées chez les animaux (et notamment les insectes) qui seraient dues à la 5G. Sans pouvoir le prouver non plus. On ne sait donc pas vraiment ce qu’il en est, et c’est le premier problème…

Vient ensuite le volet environnemental. Tous les smartphones ne sont pas compatibles avec la 5G, il vous en faudra donc inévitablement un nouveau. La consommation de métaux rares nécessaires à la fabrication de téléphones et la multiplication des déchets dûs aux anciens appareils jetés à la poubelle posent question quant à l’impact écologique de cette avancée. De plus, on ne voit pas comment la multiplication des flux de données n’impliquerait pas automatiquement une augmentation de la consommation d’énergie. A l’heure où les ressources terrestres commencent à manquer, cela irait totalement à contresens des engagements d’une partie du monde pour un avenir écologique plus radieux. Mais, là encore, une opacité totale règne et aucune étude ne propose d’hypothèses chiffrées. Encore une fois, on ne sait pas.

Pour ce qui est de la sécurité de la vie privée, la 5G implique l’hyperconnectivité des appareils et donc des humains qui les utilisent. Les données liées à toutes ces connexions doivent donc être gérées et cela pose des questions de confidentialité. Surtout quand de grandes entreprises qui proposent la 5G, je pense notamment à Huawei (entreprise chinoise), sont accusées de participer au contrôle de la population (qui est d’ailleurs accru en Chine) et d’espionner les pays étrangers. Il est donc légitime de se poser des questions : comment notre vie privée sera-t-elle protégée ? Par qui ? Qu’est-ce qui pourrait nous le garantir ? Mais encore et toujours, les réponses se font évasives.

Aucun débat

En résumé, l’opacité étant totale, on ne sait presque rien sur la 5G, ni à quoi elle va servir, ni si elle sera sécurisée, ni si elle représente un risque sanitaire ou climatique. Alors, nous sommes en droit de nous demander pourquoi prendre le tournant de la 5G de manière aussi précipitée si ce n’est dans un objectif purement économique. En effet, il est aussi avéré que les premiers bénéficiaires de cette nouvelle technologie seront les grandes entreprises, pas les particuliers. Idée confortée, quand on réalise qu’une grande partie des Belges n’a accès ni à la 4G, ni à la fibre. Le passage à la 5G constitue-t-il réellement une priorité ?

Tous ces éléments, mis bout à bout, posent un réel problème démocratique. La 5G a déjà été déployée et pourtant, le citoyen n’a eu aucun mot à dire. Cela passe, premièrement, par le fait que cette technologie est une propriété d’entreprises privées (et donc moins soumises au contrôle des élus) et deuxièmement, parce qu’aucun débat concret n’a été organisé en Belgique. Prenons l’exemple de la France : le Président Emmanuel Macron a convoqué une assemblée de citoyens tirés au sort pour travailler sur des propositions concernant le climat. Dans ces propositions figurait notamment celle de mettre en place un moratoire (texte qui permet de geler une décision) sur la 5G le temps de pouvoir faire la lumière sur toutes les zones d’ombre. Les intérêts économiques étant tellement importants, la proposition fut balayée d’un revers de la main par le président, son hypocrisie a été très mal prise par les citoyens qui se sont sentis trahis par un Président qui leur avait pourtant promis qu’il n’utiliserait que trois joker. Or, avec le moratoire sur la 5G, Macron en était à son quatrième. La France, comme la Belgique, va donc lancer la 5G, sans avoir toutes les informations nécessaires.

Faire face aux défis à venir 

Alors que le réchauffement climatique fait déjà des ravages, les gouvernements continuent avec la même ligne de conduite : produire plus pour consommer plus pour gagner plus. Et cela sans aucune transparence vis-à-vis du citoyen sur ces questions fondamentales. Ces mêmes questions qui devraient être au centre de la construction de la société future. Les enjeux que soulève la 5G ne sont pas tant une passe d’armes opposant les “complotistes anti-progrès” aux “progressistes” qu’un vrai débat démocratique qui doit poser les bases de la société de demain. 

Comme je l’ai dit, le changement climatique a commencé. Il faut y faire face, et pour cela, il faudra prendre des décisions de manière démocratique en posant la question du bien commun. Allons-nous permettre au plus grand nombre de se faire un avis ou allons-nous attendre la décision des tout-puissants protégeant leurs intérêts économiques ? 

Voilà la question à laquelle il faut répondre aujourd’hui pour relever les défis de demain !

Lucien Mélon

S'abonner

2 thoughts on “Pourquoi la 5G doit faire débat ? – Carte blanche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *