Les Ouïghours : un véritable génocide

Originaires de Mongolie, les Ouïghours sont un peuple qui a fait énormément parler de lui sur les réseaux sociaux récemment. Et pour cause, cette communauté vit une terrible pression exercée par les autorités chinoises depuis maintenant plus de cinq ans.

C’est leur religion qui leur est reprochée. En effet, leur appartenance musulmane leur a valu et leur vaut encore aujourd’hui de subir de multiples tortures pour tenter d’éradiquer leur culture. 

Dans la tête du gouvernement chinois 

Pour le président chinois Xi Jinping, il est question d’éliminer toute trace de l’Islam radical dans la province du Xinjiang grâce à des méthodes de dictature dite “populaire”. C’est donc par le biais de “camps de réhabilitation” – en réalité camps de détention – que cette population est privée de ses libertés jusqu’à finir entièrement formatée selon les critères du gouvernement. Plus d’un million de personnes seraient détenues actuellement dans ces camps. 

L’éradication de l’identité des Ouïghours 

Le traitement réservé aux Ouïghours est révoltant. Ils sont séparés de leur famille, on les force à manger du porc et à boire de l’alcool –  ce qui est contraire à leur religion. Les femmes sont stérilisées de force et violées. On parle aussi de prélèvement d’organes. Les détenus sont enfermés à plus de dix dans des cellules minuscules. Les Ouïghours subissent les pires sévices jour après jour et beaucoup ne reviennent pas de ces camps.

L’implication internationale face à cette tragédie 

La plupart des pays sont témoins de cette situation mais n’agissent pas réellement. La Belgique et 22 pays membres de l’ONU ont envoyé aux Etat-Unis  une lettre expliquant qu’ils étaient inquiets par rapport aux pratiques utilisées contre ce peuple et demandant une enquête. 

Malgré cela, aucun pays ne condamne par exemple les entreprises qui emploient de force des Ouïghours. Et cela parce que la Chine investit 145 milliards d’euros en Europe, ce qui est un bon moyen de pression pour faire taire le gouvernement européens. A l’inverse, les Etats-Unis, le Canada et le Royaume-Uni ont décidé de suspendre les importations venant de Chine afin de s’assurer que les marchandises ne viennent pas du travail forcé des Ouïghours. En plus de cela, les Etats-Unis ont choisi de bannir plusieurs entreprises chinoises de leur territoire. 

Leur combat est aussi le nôtre

Plusieurs manifestations ont eu lieu pour soutenir les Ouïghours et sur les réseaux sociaux, les informations se partagent de plus en plus. On appelle au boycott contre les grandes marques de fast fashion, qui prennent part indirectement à ce crime en utilisant ce peuple comme main-d’œuvre.

Cet engagement, c’est à nous de le prendre : si chacun d’entre nous s’implique, nous pouvons avoir de l’influence pour changer la situation, par des gestes responsables comme la signature de pétitions.

Mariama Detrixhe, 5GTB

https://www.amnesty.be/veux-agir/agir-ligne/petitions/Ouighours-Chine 

https://www.amnesty.be/infos/actualites/article/chine-parents-enfants-ouighours-disparus-decrivent-horreur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.