Le vrai visage de la K-pop en Corée du Sud

Représentation d’un concert d’idole de K-pop.

La K-pop est un genre musical venant de Corée du Sud. Pour preuve, le K signifie Korea, et le mot pop,la pop culture. Les interprètes ne sont pas toujours coréens. Par exemple, ils peuvent être chinois, thaïlandais, japonais. La K-pop a d’abord rencontré un énorme succès dans son pays d’origine, avant de devenir un succès mondial. C’est principalement grâce aux réseaux sociaux comme Youtube qu’elle a pu se faire connaître. Mais les idoles ne suivent pas le même chemin que les chanteurs européens ou américains pour se lancer dans le métier. L’industrie de la K-pop est un milieu très dur. Et c’est de cela que nous allons vous parler dans cet article.

La ville de Séoul, la capitale de la Corée du Sud.

Mais quelles sont les  motivations pour devenir une idole de K-pop? Même si le statut est éprouvant, nombreux sont ceux qui rêvent de l’exercer. Ce sont principalement les fans qui veulent devenir idole, pour ressembler à leur chanteur préféré, mais tout le monde peut rêver d’entrer dans un groupe de K-pop.  Certaines idoles peuvent avoir pour objectif de gagner de  l’argent pour rembourser leurs dettes. D’autres personnes voudront devenir idole par pur plaisir, car elles adorent chanter et danser. Il existe des exceptions. De futures idoles ont été abordées par des recruteurs dans leur école, dans des magasins, lors de concerts ou dans la rue, par le plus grand des hasards. Mais pour qui travaillent les recruteurs ? Et comment devenir une idole ?

Les agences 

On ne peut devenir une idole de la K-pop sans passer par une agence. Une agence de K-pop sert à viser un public très large en incluant des idoles non-coréennes. Comme le groupe des EXO qui compte des membres coréens mais aussi des interprètes chinois. La K-pop est aussi une très bonne source de revenus pour les agences de production. Celles-ci prévoient donc des contrats en béton pour que les vedettes soient entièrement dévouées à leur musique et leur rapportent un maximum de wons, la monnaie coréenne. Les contrats des idoles peuvent durer de 2 à 15 ans pour les carrières les plus longues. Dans ces contrats, on notifie que les idoles doivent rembourser leur agence. Elles doivent payer leurs cours, leur chirurgie (pratiquement toutes les idoles passent par la chirurgie esthétique, pour rentrer dans les codes de la beauté coréenne), les stylistes, les maquilleurs…

Les auditions 

Tout d’abord, les trainees (nouvelles recrues dans une agence) doivent passer une audition, au cours de laquelle ils doivent montrer leurs talents devant plusieurs autres trainees et coachs. Leur but est d’être sélectionnés pour participer à une formation qui leur permettra de devenir des idoles de K-pop. Des centaines de milliers de candidats se présentent chaque année aux auditions, mais une vingtaine seulement  sont sélectionnés.

La formation  

La formation permettra aux trainees de, peut-être, intégrer un groupe. Elle peut durer de deux à quatre ans. A partir de ce moment-là, les recrues vont vivre toutes ensembles et apprendre à se connaître. Chaque jour, elles apprennent à devenir de vrais idoles de K-pop. Pour cela, les débutants prennent des cours de danse, de chant, se font relooker… Mais les nouveaux venus ne pourront pas choisir dans quel groupe ils iront, ni les chansons qu’ils chanteront ou les vêtements qu’ils porteront. Il y a 17 à 18 h de travail par jour.

Les contraintes physiques 

Il peut y avoir beaucoup de règles au niveau physique. Par exemple, les filles ne peuvent pas dépasser 47 kilos. Au-delà de  cette limite, elles devront faire un régime, seront rationnées ou ne devront boire que de l’eau pendant une journée. Ce régime rend leurs entraînements encore plus plus durs. Certains idoles ont d’ailleurs déjà fait des malaises sur scène, potentiellement à cause de ces régimes stricts. Les idoles ont très peu de liberté. Elles ne peuvent pas choisir avec qui elles habitent, ni où. Elles ne choisissent pas non plus quand elles sortent. Dans la plupart des agences, il est même interdit d’avoir un petit copain ou une petite copine ! Le temps d’utilisation du téléphone est limité, parfois seulement à une quinzaine de minutes le soir. 

Chantage, prostitution et autres dérives  

Les idoles reçoivent régulièrement des demandes de sponsoring. Les maisons de disques organisent donc des rencontres. Dans les cas les plus extrêmes, les sponsors demandent à passer la nuit avec certains idoles. Ces dernières sont libres de refuser, mais cela peut avoir des conséquences sur leur carrière. Heureusement, toutes les maisons de disques ne font pas ce genre de choses. Le mouvement Metoo, qui encourage les femmes à dénoncer les agressions dont elles ont été victimes, a permis de sensibiliser à ce sujet. Il y a également beaucoup de chantage et de vengeance.  Mais il faut aussi savoir que les idoles ne sont pas toujours des victimes. Beaucoup d’entre elles profitent de leur pouvoir et de leur popularité pour s’enrichir grâce à des trafics douteux.

Les fans 

Les fans peuvent se montrer très gentils, mais d’autres peuvent idolâtrer les chanteurs au point d’en arriver à des comportements étranges. Certains piratent les réseaux sociaux des idoles, ou leurs lignes téléphoniques. Ils entrent même par effraction dans leur maison, harcèlent les idoles qu’ils n’aiment pas, essayent de les empoisonner,… Il existe aussi des pétitions demandant aux idoles de se suicider !

Les groupes  

Les groupes peuvent compter jusqu’à quarante membres, ce qui entraînera alors la création de plusieurs sous-unités. Par exemple, le groupe NCT est divisé en plusieurs groupes : NCT 127, NCT Dream, WayV, NCT U et NCT 2018. Mais il peut y avoir des exceptions comme, par exemple, la chanteuse IU, de son vrai nom Lee Ji-eun, qui est une chanteuse solo. Certaines idoles chantent en coréen mais il existe des groupes composés de membres coréens et chinois chantant en mandarin.

La musique 

En fonction des origines et des traditions des idoles, le style musical peut varier. Les chanteurs et danseurs auront donc un style, des décors et des chansons qui les représentent comme des musiques pop avec une part de rap et qui peuvent aussi représenter leur culture.

Il ne vous reste plus qu’à découvrir quelques images et deux liens de clips réalisés par des idoles de K-pop : 

Voici Lisa aussi connue sous le nom de Lalisa Manoban. Elle est thaïlandaise,  danseuse, rappeuse et chanteuse du groupe Blackpink.

https://www.youtube.com/watch?v=awkkyBH2zEo

Et voici Lee Chan Rin, mieux connue sous le nom de scène  CL. Elle est une ancienne membre et leader du girl group 2NE1 de la YG Entertainment.

https://www.youtube.com/watch?v=3Ji5I4_eeJQ

Même si le statut d’idole est compliqué à vivre au quotidien, et que le chemin pour devenir une de ces stars est semé d’embûches, de nouveaux candidats se présentent et de nouveaux groupes sont créés chaque année. A travers cet article, nous voulions dénoncer les côtés négatifs de la K-pop, mais il ne faut pas pour autant oublier la part de rêve qu’elle offre à ses fans.

Lynn Bégaux et Noémie Blavier, 5GTB.

S'abonner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.