Coronavirus : ce virus qui fait (trop ?) parler de lui

 Le coronavirus renommé Covid-19 fait en ce moment la Une de tous les journaux dans le monde. Le virus a été découvert au début de cette année 2020 en Chine dans la ville de Wuhan. Il s’est transmis très rapidement à la population locale, provoquant une épidémie qui a fini par alerter les autorités chinoises. Les scientifiques n’ont pas encore trouvé de vaccin.  Ils doivent d’abord décrypter le fonctionnement du virus. Selon l’Institut Pasteur, à Paris, il faudra au moins 18 mois pour en élaborer un.

Actuellement, le virus se propage rapidement.  On le retrouve dans au moins 188 pays.  Avec 1 430 000 personnes infectées et plus de 80 000 morts, il sème la panique dans le monde. Les gens se précipitent en pharmacie pour acheter des masques et des gels hydroalcooliques provoquant des ruptures de stocks.

 

Dès l’apparition du virus dans notre pays, la population belge s’est ruée dans les magasins pour faire des réserves de nourriture et de papier WC craignant des pénuries comme en temps de guerre.

Les médecins généralistes sont surchargés de travail et comme la maladie est extrêmement contagieuse, ils doivent diagnostiquer les patients par téléphone.  Sans même avoir été examinés, les patients doivent observer une période d’isolement chez eux ce qui n’est pas toujours très rassurant.

 

Un virus qui effraie

Cette peur est certainement accrue par la surmédiatisation du virus. Les médias, en relayant quotidiennement les bilans de morts et de malades, installent un climat d’angoisse. Le covid-19 est devenu le centre de l’attention. A la télévision, à la radio, sur internet, impossible de l’ignorer. L’information passe et repasse en boucle. On a l’impression que les autres problèmes sont devenus insignifiants.

Sur les réseaux sociaux, l’infodémie fait rage aussi : on divulgue des informations de façon extrêmement rapide mais qui ne sont pas toujours exactes ou difficilement vérifiables. Des gens diffusent même des « fake news ». On peut lire par exemple que le coronavirus a été créé en laboratoire, ou qu’il se propage par la 5G, ou encore que boire des boissons chaudes éliminerait le virus, tout cela est faux !

Il faut donc se méfier et ne pas partager aveuglément les informations sans être certain de leur pertinence.

 

La pandémie a des conséquences sociologiques et économiques mondiales importantes. Sur les réseaux sociaux, des vidéos circulent, stigmatisant des personnes asiatiques (la Chine étant le foyer de l’infection) ou incitant à ne plus fréquenter les restaurants italiens (le pays d’Europe actuellement le plus touché par la pandémie). Certains partagent des blagues déplacées ou de mauvais goût. En réaction, les personnes d’origine asiatique qui ont été blâmées ont lancé un #jesuispasunvirus sur tous les réseaux sociaux, pour tenter d’enrayer cette vague de haine. En cette période de grande crise sanitaire, le monde cherche des boucs émissaires pour soulager ses angoisses.

On constate également que la maladie a un impact sur l’économie de la Chine et sur celle du monde. Le pays, premier exportateur mondial, ne peut plus fournir les matières premières aux entreprises. Le monde doit s’attendre à une crise économique de grande ampleur.

Chez nous, aujourd’hui comme dans presque tous les pays européens, le gouvernement oblige les gens à rester chez eux, de faire uniquement des déplacements nécessaires. Les rassemblements de personnes sont interdits. Tout le monde doit respecter une distance sociale d’un mètre. La police est maintenant omniprésente sur le terrain : des sanctions ont même été prévues en cas de non-respect des consignes.

Un virus qui fait réfléchir

Suite aux mesures de confinement, certains font preuve de solidarité et d’entraide envers les plus vulnérables (les seniors, les personnes souffrant de maladies chroniques).  Avec notamment la mise en place de numéros de téléphone pour apporter de l’aide pour les courses, la pharmacie, les repas…

Les écoles ont suspendu les cours jusqu’au 17 avril. Le télétravail est obligatoire quand il peut être mis en place dans les entreprises. Il faut rester positif, calme, et garder la tête froide car des mesures sont prises pour arrêter la propagation du virus. Cette période inédite peut aussi nous faire réfléchir aux valeurs essentielles, nous pouvons notamment manifester notre solidarité vis-à-vis des gens exposés aux risques, du personnel médical, et des soignants en général.

                                                                                                                                                                                                                                                   Cyprien Libert

Laisser un commentaire

Fermer le menu